Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ARTUS GRAINBÔ, le p'tit pwète crotte-misère (épisode 8)

présente

présente

ARTUS GRAINBÔ, le p'tit pwète crotte-misère (épisode 8)
ARTUS GRAINBÔ, le p'tit pwète crotte-misère (épisode 8)

Le vieillard et le gamin se mirent à rire de bon cœur.

- Tu seras Châtaubriand ou rien, mon p’tit pwète !

- J'aimerais être comme vous M'sieur Hugo ! Écrire, écrire et encore écrire le plus possible écrire des histoires en trois volumes !

- Châteaubriant écrivait : "Force est d'avancer avec l'intelligence humaine. Respectons la majesté du temps. Je me suis retrouvé entre deux siècles comme au confluent de deux fleuves ; j'ai plongé dans leurs eaux troublées, m'éloignant à regret du vieux rivage où je suis né, nageant avec espérance vers une rive inconnue".

- Y savait nager ? Même un poète sait nager ?

- Mais oui, Artus, nager dans l'imagination ! Avancez sans se noyer ! L'avenir avance, Artus Grainbô, le passé résiste : ta lutte sera violente, tes efforts parfois excessifs ; modère-les, petit ! Ne risque pas ta vie pour rien, par simple effronterie ! La certitude de ton triomphe se mesurera à la dignité de ton combat ; ta victoire sera d'autant plus certaine qu'elle sera plus tranquille.

-Taratam ! C'est bien dit ça, Monsieur Victor Hugo ! L'auteur des « Misérables » ne s'est pas seulement contenter d'être un penseur, mais il est un lutteur ! Moi aussi je serai une tête qui médite sur l'amour et la vie mais surtout je serai aussi le bras qui agit ! Et ? …

- Je vois, Artus que tu as déjà tout compris et je m'en réjouis ! Sois un poète, monte sur ton bateau ivre. Pour être poète, il ne suffit pas de s'élever, il faut surtout que tu saches ce que tu feras là-haut, ce que tu voudras et où tu iras ! Il y a, vois-tu, Artus, des esprits qui s'élèvent sans ailes visibles.

- Mais je n'ai pas d'ailes moi, j'ai les pieds bien sur terre !

- Que tu crois, Artus, que tu crois, petit ! Tu as un génie réel mais pas seulement par le fait que tu aies quelque chose de subtil qui te fasse enfler et te rende trop léger. Poète, ô mon petit pwète, coupe le fil qui t'attache à la terre et qu'on appelle le bon sens, et te voilà qui passe, qui monte et qui monte si haut que tu te perds !... et n'oublie pas, Artus, jamais un jour sans une ligne ! Va, va Artus et ne tombe pas par terre, ce ne serait de toute façon pas la faute à Voltaire et ton nez dans le ruisseau, ce ne serait pas non plus la faute à Rousseau ! Rien n'est encore écrit tout est à rédiger pour toi ! N'oublie pas Artus ! Pas un jour sans une ligne !... Va, petit frère de Gavroche !

Une larme ruissela sur la joue de Grainbô qui la sécha en faisant glisser son béret sur son visage. Lorsqu'il voulut le remettre sur le sommet de sa tête, il constata qu'Hugo avait disparu, telle une ombre dans la nuit noire de l'oubli. Il remit sa fronde en place entre sa ceinture et sa chemise de drap. Se redressa, cracha dans chacune des mains comme un bûcheron avant la cognée, passa le pouce sur son nez et songea calmement : « Monsieur Hugo est vraiment un roc ! »

Dans les rues, les combats continuaient. C'était à la fois terrible et d'un charme fou. Artus faisait face aux fusils des gardes nationaux, mais il se sentait invincible car il avait parlé avec « Monsieur Victor Hugo » et il en était fier. Il se couchait, puis se redressait, se dissimulait dans un coin de porte. Alors que la barricade tremblait par le bruit du canon, lui, Artus Grainbô, futur poète inspiré par Le grand Victor Hugo, il bravait tous les dangers, jouait à cache-cache avec la mort ! Face aux canons et aux fusils il criait avec exaltation : "Il faut en finir les enfants ! Cette guerre de tirailleurs est meurtrière ! On perd moins de monde en marchant bravement vers le danger ! »

ARTUS GRAINBÔ, le p'tit pwète crotte-misère (épisode 8)
ARTUS GRAINBÔ, le p'tit pwète crotte-misère (épisode 8)
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jean-Luc FLINES

Je suis auteur et illustrateur de mes textes d'écriture. Je m'adresse à mes contemporains pour leur faire partager des effets atmosphériques, des émotions, des vibrations, des éléments: eau, air, terre, des regards fixés, des histoires au bout d'un pinceau ou d'un clavier d'écriture.
Voir le profil de Jean-Luc FLINES sur le portail Overblog

Commenter cet article

Evy 23/08/2016 13:55

Bonjour Super partage bonne journée bisous Evy