Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CHARLEROI, ville stratégique pour un roman

CHARLEROI, ville stratégique pour un roman

Une vague d’attentats ensanglante Charleroi. Morts et blessés s’accumulent. On soupçonne des mobiles religieux sous ces actes radicaux. Augustin, jeune stagiaire au journal local, se trouve pris, malgré lui, au cœur des événements. Pour prouver qu’il n’est pas l’idiot que tout le monde croit, il mène son enquête. Pour cela, il possède un don unique : il voit à travers les visages, percevant autour de chaque personne les êtres minuscules — souvenirs, anges ou démons — qui la motivent ou la hantent. Est-il un fou ? Ou le sage qui déchiffre la folie des autres ? Son investigation sur la violence et le sacré va l’amener à la rencontre dont nous rêvons tous…

Charleroi est au cœur du nouveau livre d'Eric-Emmanuel Schmitt : rencontre

L’écrivain Eric-Emmanuel Schmitt est venu présenter son nouvel ouvrage à la librairie Molière. Intitulé «L’homme qui voyait à travers les visages», le roman évoque des thèmes universels comme la religion, Dieu ou encore le rapport entre la vie et la mort. Une histoire qui se déroule à Charleroi, une ville que l’auteur connait très bien.

Faisant partie des fidèles de la rentrée littéraire, Eric-Emmanuel Schmitt se penche cette fois sur l’un des grands questionnements de l’heure: pourquoi, au nom de Dieu, autant d’attentats sont-ils commis?

Eric-Emmanuel Schmitt devin? C’est la question que tout le monde ne manquera pas de se poser au cours des prochaines semaines. Car bien avant que Bruxelles devienne le théâtre d’attentats-suicides revendiqués par l’ÉI ou qu’un individu attaque à coups de machette deux policières de Charleroi en criant «Allahu akbar», l’écrivain français naturalisé belge avait déjà entamé la rédaction de L’homme qui voyait à travers les visages. Un roman carrément visionnaire, puisqu’un terroriste ne tardera pas à y faire huit morts et 25 blessés en se faisant sauter place Charles II... le cœur historique de la ville de Charleroi.

«Malheureusement, une fois qu’on a compris la logique du fanatisme, on devient voyant, explique Eric-Emmanuel Schmitt, qu’on a joint quelques jours après son retour de Rio, où il a commenté pour France Télévisions les épreuves d’athlétisme pendant toute la durée des Jeux olympiques. Quand j’ai commencé à écrire les premiers chapitres de L’homme qui voyait à travers les visages, il n’y avait pas encore eu d’attentat en Belgique. Un matin, je me suis donc réveillé en apprenant que deux bombes venaient d’éclater à l’aéroport de Bruxelles et j’ai eu très peur, parce que je savais que certains de mes proches étaient sur place à ce moment-là. Je me suis même presque dit que si je n’avais pas écrit ces chapitres, rien ne serait arrivé...»

L’autre Eric-Emmanuel Schmitt

Par une terne matinée d’automne, un kamikaze d’origine maghrébine sèmera ainsi la terreur à Charleroi. Et seul Augustin Trolliet, stagiaire non rémunéré à la rédaction de Demain, le journal local, aurait peut-être pu empêcher le bain de sang qui en a découlé: capable de voir les morts accompagnant la plupart des vivants, il a en effet rapidement été intrigué par l’étrange défunt en djellaba qui invectivait sans relâche le jeune Hocine Badawi juste avant que ce dernier se fasse exploser.

«Comme je m’interrogeais de manière générale sur les rapports des hommes et de la violence, je suis parti du contemporain pour le dépasser, précise Eric-Emmanuel Schmitt. Le roman, c’est un chemin qu’on fait dans le présent, le passé et le futur pour essayer d’en cerner les invariants. L’intérêt d’un roman n’est donc pas de reproduire le réel, mais de tenter de le comprendre, et je voulais qu’Augustin fasse son enquête avec quelqu’un de passionné par la ­religion.» Un quelqu’un qui, ô surprise, sera nul autre qu’Eric-Emmanuel Schmitt!

CHARLEROI, ville stratégique pour un roman
CHARLEROI, ville stratégique pour un roman

CHARLEROI est une ville qui s’est construite et a prospéré grâce à la richesse de son sol, à la Révolution industrielle,  à l’opiniâtreté et l’inventivité de ses capitaines d’industries, au labeur de sa population et des vagues successives de migrants qui l’ont enrichie, tout le long de son histoire.
Le choc pétrolier et la crise industrielle qui suivirent les trente glorieuses ont fortement ébranlé Charleroi. Mais le renouveau s’est fait sentir dès la dernière décennie du XXe siècle.
La redynamisation urbaine entamée dans les années 1990 commence à montrer ses résultats. Le nouveau Projet de Ville prend désormais forme.
Charleroi aborde le XXIe siècle en opérant sa mutation en grande métropole moderne.
Des projets tels que Rive Gauche, Phénix, Charleroi District Créatif, la Tour de Police par Jean Nouvel, la caserne des pompiers dont le chantier se termine, et bien d’autres encore, en constituent la matérialisation.
Un vent favorable souffle dorénavant sur Charleroi et entraîne tout sur son passage.

Charleroi, décor du

nouveau roman

d'E-E SCHMITT

La Place Charles II, cœur de l'ancienne forteresse et berceau de Charleroy fondée en 1666 par les Espagnols et prise par Louis XIV en 1667. Charleroi doit son nom à Charles II, roi d'Espagne, que la mort de son père Philippe IV avait placé sur le trône à l'âge de 4 ans.

La Place Charles II, cœur de l'ancienne forteresse et berceau de Charleroy fondée en 1666 par les Espagnols et prise par Louis XIV en 1667. Charleroi doit son nom à Charles II, roi d'Espagne, que la mort de son père Philippe IV avait placé sur le trône à l'âge de 4 ans.

"Le jeune homme débouche sur l'hexagonale place Charles II. Sous le porche de l'église Saint Christophe, des familles endeuillées se regroupent en sortant de l'office. Un cercueil apparaît. ...

 

...L'ambulance déclenche son mugissement, s'ébranle et, avec une lenteur précautionneuse, longe la place Charles-II en contournant les lampadaires déracinés...

...Quand nous empruntons la rue Vauban qui nous éloigne du sinistre, j'ai acquis une certitude: parmi les déchets, ,il n'y a aucune trace de la créature en djellaba qui voletait sur l'épaule du terroriste...

CHARLEROI, ville stratégique pour un roman

Augustin Trolliet voit des gens qui sont morts. Il y a dix-huit ans, ça lui aurait valu une thérapie avec Bruce Willis, mais, o tempora, o mores, de nos jours, ce genre d’illuminés se retrouve plutôt avec une ceinture d’explosifs à la ceinture. Voilà, vous avez le début ET la fin de l’histoire et bon courage pour imaginer ce qui se passe au milieu.

AUGUSTIN TROLLIET : "Au début, je n’ai pas compris. Les gens ne prêtaient aucune attention à certains êtres que je voyais, des personnes parfois de taille standard, le plus souvent de format réduit. En quoi différaient-elles ? Elles surprenaient. A leur convenance, elles apparaissaient, disparaissaient, sans être arrêtées par les murs, les cloisons et les étages. Elles n’entraient jamais par la porte ni ne sortaient par la fenêtre. Elles surgissaient ou se volatilisaient en ignorant les obstacles. Chaque fois, elles survenaient pour escorter quelqu’un et se préoccupaient peu des présents, moi y compris. Si je leur adressais la parole, elles ne bronchaient pas ; au plus, elles m’envoyaient un regard du genre « De quoi te mêles-tu ? ». Avec le recul, je me demande même si ce regard m’était adressé. Peut-être l’ai-je supposé."

CHARLEROI, ville stratégique pour un roman

Je quitte la ville, son centre puis ses faubourgs; à mesure que s'atténue le vacarme humain, le vent souffle davantage. Je descends vers la Sambre, paisible, quasi immobile, indifférente...

 

...Une image me revient: celle d'une ancienne usine de boulons, le long d'une voie ferrée condamnée, non loin d'une branche d'autoroute...

L'usine apparaît enfin, en contrebas de la route. Si aucune fumée n'émerge de la longue et large cheminée, le ciel s'assombrit à sa crête, charbonneux, bouillonnant, furieux...

CHARLEROI, ville stratégique pour un roman

Schmitt patiente devant le bistrot des "Templiers"...

...Vers huit heures, je quitte la rédaction et me dirige vers le café de notre rendez-vous, en face du Palais des Beaux-Arts....

Aux "Chevaliers", je m'installe près de la fenêtre. Sans le bar et ses chopes, le bistrot rappelle une salle de patronage...

Les clients appartiennent au mobilier; à l'instar des tables et des chaises de bois rustiques, ils ne bougent pas, ils ne parlent pas, ils demeurent là depuis des heures.

La taverne Les Templiers à Charleroi se résume à d'excellents plats du terroir servis dans une ambiance chaleureuse où on ne se prend pas au sérieux.  Un monument de la Ville Haute de Charleroi Les Templiers est un lieu convivial et remplit de vie. Venez prendre un peu de temps et partagez la bonne humeur ambiante de cette taverne située au centre de Charleroi depuis 1958.  Ouvert dès 10h il ne refermera ses portes qu'avec le départ du dernier client.

La taverne Les Templiers à Charleroi se résume à d'excellents plats du terroir servis dans une ambiance chaleureuse où on ne se prend pas au sérieux. Un monument de la Ville Haute de Charleroi Les Templiers est un lieu convivial et remplit de vie. Venez prendre un peu de temps et partagez la bonne humeur ambiante de cette taverne située au centre de Charleroi depuis 1958. Ouvert dès 10h il ne refermera ses portes qu'avec le départ du dernier client.

L'auteur français Eric-Emmanuel Schmitt continue son exploration spirituelle dans son nouveau roman L'homme qui voyait à travers les visages.

On ne peut que souligner le génie d'Eric-Emmanuel Schmitt qui se dépeint sur plusieurs points : un contexte actuel où les pays sont ébranlés par les attentats, l'audace d'une conversation avec Dieu, une réflexion sur la religion et sur les hommes et enfin, différents degrés de lecture. Au premier abord, l'idée semble parfaitement délirante et le terrain glissant. Mais grâce à une plume habile et à une histoire savamment ficelée, L'homme qui voyait à travers les visages est d'une réalité et d'une cohérence surprenante. L'appel à la reconsidération de l'interprétation des textes sacrés relate d'une délicatesse intellectuelle et d'une remise en cause de la condition humaine, qui caractérise souvent l'écriture de Schmitt.

"Ce qui nous menace le plus, c'est ce qui nous échappe. Ce qui nous échappe ce sont ceux qui cultivent la mort avec plus de rage que l'existence!" E.E.SCHMITT

" On ne répond pas à la douleur par la tolérance. L'islamisme radical est une menace, on ne négocie pas avec une menace! E.E.SCHMITT

"Si on fabrique du futur avec du passé alors la nostalgie devient sanglante!" E.E.SCHMITT

CHARLEROI, ville stratégique pour un roman

"Nous nous détruisons si nous ne renonçons pas à la violence. Rien ne se reproduit aussi vite que la violence, tel un cancer qui multiplie métastases et tumeurs, elle développe des chaînes de vengeances, de punitions, de représailles!" E.E.SCHMITT

"Un intégriste n'a plus de questions à poser, seulement des réponses. Le fanatique rencontre toujours des raisons de douter, mais il ne veut pas douter!" E-E SCHMITT

"Un intégriste préfère tant sa fiction à la réalité qu'il nettoie la réalité à la kalachnikov dès qu'elle le contrarie." E-E SCHMITT

CHARLEROI, ville stratégique pour un roman

" Notre temps frileux, douillet, individualiste considère avec mépris celui qui offre sa vie à une idée." E-E.SCHMITT

"La mort ne fait pas la valeur d'une cause, c'est la cause qui fait la valeur d'une mort." E-E SCHMITT

"Que certains se tuent pour affirmer une doctrine sectaire ne renforce pas cette doctrine mais témoigne d'un degré supérieur d'aveuglement." E-E SCHMITT

CHARLEROI, ville stratégique pour un roman
CHARLEROI, ville stratégique pour un roman
CHARLEROI, ville stratégique pour un roman
CHARLEROI, ville stratégique pour un roman
CHARLEROI, ville stratégique pour un roman

"ODETTE TOULEMONDE" c'était déjà à CHARLEROI!

Veuve, Odette Toulemonde vit à Charleroi avec son fils, Rudy, coiffeur, et sa fille, Sue Helen, adolescente en pleine rébellion. Quadragénaire, elle travaille dans un grand magasin. Odette, qui n'a pas de compagnon, est toujours optimiste et estime le devoir à Balthazar Balsan, auteur à succès dont elle dévore tous les livres. Elle décide de profiter d'une séance de dédicaces pour lui déclarer combien elle l'admire.

"On n'apprend qu'au prix de l'effort, mais le bonheur de la fin supplantera le bonheur du début, car un bonheur acquis s'avère plus solide qu'un bonheur donné."

 

Dramaturge, romancier, nouvelliste, essayiste, cinéaste, traduit en 50 langues et joué dans autant de pays, Éric-Emmanuel Schmitt est un des auteurs français les plus lus et les plus représentés dans le monde.
L'auteur a été élu à l'Académie Goncourt.  SITE OFFICIEL D'ERIC-EMMANUEL SCHMITT

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jean-Luc FLINES

Je suis auteur et illustrateur de mes textes d'écriture. Je m'adresse à mes contemporains pour leur faire partager des effets atmosphériques, des émotions, des vibrations, des éléments: eau, air, terre, des regards fixés, des histoires au bout d'un pinceau ou d'un clavier d'écriture.
Voir le profil de Jean-Luc FLINES sur le portail Overblog

Commenter cet article